Avant de partir pour l’aventure sur votre deux-roues motorisé, on vous fait un petit point sur les produits indispensables à un bon road trip moto. Et étant donné que chacun à sa notion de la préparation d’une bonne ballade à moto (certains partent avec un slip, d’autres avec de quoi faire vivre une colonie pendant 6 mois…) vous retrouverez notre sélection selon le degré « d’indispensabilité » de chaque produit :
*** : Il vous le faut !
** : C’est mieux de l’avoir…
*  : Pour les plus prévoyants

L’idée est de vous permettre une certaine autonomie pour parer les petites galères les plus fréquentes J

Bombe anti-crevaison ***

 C’est la solution la plus simple en cas de crevaison. Il suffit de brancher l’aérosol à la valve et une mousse épaisse vous permettra de continuer à rouler. Ce n’est pas une solution durable, mais suffisante pour éviter de rester sur le bord de la route !

Kit de mèches **

 Là, il faut un peu plus de skills que pour la bombe anti-crevaison. Une mèche est une tige de caoutchouc qu’il faudra insérer dans le trou. Ça demande un certain coup de main. En outre, il faudra aussi prévoir de quoi regonfler le pneu (des cartouches d’air comprimé feront bien l’affaire !). Malgré ces inconvénients, une mèche vous permettra de rouler bien plus longtemps qu’une bombe anti-crevaison (parfois même toute la durée de vie du pneu) et donc de terminer le road trip sans passer par la case garage !

Petite trousse à outils ***

 La plupart des motos sont équipées d’une trousse à outils d’origine (généralement sous la selle), mais elles sont plus ou moins bien fournies et souvent avec des outils de qualité médiocre. Disposer de clés (du 8, 10, 12, 13 ou 14), d’une pince, d’une clé à ergot, de BTR (ou de Torx si vous avez une KTM ou une BMW) apporte une bonne dose de sérénité. Ensuite, l’expérience de sa machine permet de prévoir les outils nécessaires aux vis qui se desserrent fréquemment (tout en partant du principe que si ça s’est desserré une fois, ça se desserrera forcément à nouveau !)

Scotch US, rilsans, fil métallique **

 Idéals quand on ne peut pas (ou ne sait pas) réparer quelque chose de cassé ou de défait. Si vous avez les 3, vous pourrez faire tenir à peu près n’importe quelle pièce, quel que soit son état. Et avec un peu d’organisation, ils prendront très peu de place : le scotch US peut se recoller plusieurs fois, donc l’enrouler autour d’une pile permet d’en garder une bonne longueur avec soi, sans avoir à transporter tout le rouleau. Glisser 2-3 rilsans dans les gaines du faisceau électrique vous permettra d’en avoir toujours avec vous. Et le fil métallique peut s’enrouler n’importe où, en attendant le jour où vous en aurez besoin !

Fusibles **

 Normalement, il y en a toujours en spare dans la boite à fusibles de votre machine. Mais encore faut-il qu’ils soient en bon état. Parce qu’un fusible qui claque, ça peut aussi bien vous empêcher d’utiliser les clignotants (pas trop grave), que couper l’injection d’essence (un peu plus grave…). En fait, il faudrait même toujours en avoir avec soi, parce que si un autre motard est en panne à cause d’un fusible, vous lui sauverez la vie pour 10 centimes. De quoi bien rentabiliser la bière qu’il vous offrira en compensation…

2 bidons (et la sangle qui va avec) *

 Bon, si votre road trip à moto est en direction du Cap Ferret, vous pouvez faire l’impasse sur cet accessoire. Mais si vous êtes du genre pistes en terre, pas de réseau et repas à base d’insectes, c’est obligatoire. Un bidon pour l’essence, pour éviter la panne sèche. Un bidon pour l’eau, pour ne pas mourir de soif. En outre, la sangle qui les maintient à votre moto vous sera d’une grande utilité quand il faudra la sortir d’un précipice ou l’attacher à la dépanneuse de fortune qui vous ramènera à la civilisation… Ça fait rêver hein ?!

Durite *

 Souple et facilement transportable, elle vous évitera une longue séance de poussette si vous jaugez mal l’autonomie de votre réservoir. Pour siphonner un réservoir, il vous suffira de la plonger dedans, d’aspirer l’air (en évitant une gorgée d’essence) et de plonger l’autre extrémité dans votre réservoir. Cela marche aussi dans l’autre sens si vous voulez jouer les bon samaritains.

Pâte à réparer métal *

 Un mauvais coup de vent, votre moto tombe de la béquille, vous percez un carter. Le road trip à moto s’arrête ici, face à cette marre d’huile. Sauf si vous avez prévu de la pâte à réparer. Cela prend la forme d’un tube de colle, avec un mastic et un durcisseur. En mélangeant les deux, vous créez une pâte malléable, qui viendra colmater votre trou. Après quelques instants, cette dernière aura durci et sera aussi rigide que le métal de votre carter !

Nettoyant moto sans eau *

 Une moto propre est une moto en bonne santé. Pour les plus maniaques, un petit coup de nettoyant sans eau permet de redonner fraicheur à la machine. En outre, cela permet aussi de l’inspecter et de déceler les risques de panne… Alors autant ne pas s’en priver !