Depuis le 3 juin 2016, l’obtention du permis moto est soumise à de nouvelles règles. Les postulants au permis A (deux-roues toutes cylindrées) doivent à présent passer obligatoirement par l’étape du permis A2 (deux-roues limité à 47,5 chevaux), même les personnes âgées de plus de 24 ans. Après 2 ans de permis A2, il leur sera possible d’accéder au permis A, après une formation post permis de 7 heures aux commandes d’un véhicule de catégorie A, sans nouvel examen officiel.

Notez par ailleurs qu’il est à présent possible de passer un permis de conduire (A1, A2, A) spécifique aux scooters (deux-roues à transmission automatique), qui ne permettra pas de conduire une moto. Ce permis “scooter”, qui permet toutefois de conduire une moto à embrayage automatique sans levier, mentionnera le code restrictif 78. Il pourra être étendu à la conduite de motos à embrayage manuel après un examen supplémentaire visant à démontrer que l’utilisateur maîtrise la technique d’embrayage manuel au levier. Ceci sans obligation de repasser son code de la route s’il s’est écoulé un délai supérieur à 5 ans depuis l’obtention du permis “scooter”.

Les types de permis

BSR / Permis AM : A partir de 14 ans pour les personnes nées après le 1 janvier 1988, il permet de conduire un deux-roues à moteur d’une cylindrée inférieure à 50 cm3 dont la vitesse est limitée à 45 km/h. Pour passer de permis il faut au préalable disposer des attestations de sécurité routière ASSR dispensées en classe de 5ème et 3ème ou de l’ASR. Ce permis AM n’est pas soumis au barème de points comme les autres permis.

Permis A1 : À partir de 16 ans, il permet de conduire une motocyclette légère (MTL) de 50 à 125 cm3 dont la puissance n’excède pas 11 kW (15 ch.).

Permis A2 : A partir de 18 ans. Permet de conduire un deux-roues de 11 à 35 kW, d’origine ou dérivé d’un véhicule n’excédant pas 70 kW.

Permis A : A partir de 20 ans et 2 ans de permis A2. Permet de conduire les motos MTT2 de plus de 35 kW.

Permis B (auto) : A partir de 18 ans. Permet de conduire une voiture. Permet aussi à 20 ans ou après 2 ans de permis B la conduite d’une motocyclette MTL n’excédant pas 125 cm3 et une puissance maximale de 11 kW. Il permet aussi, après une formation de 7 heures, de conduire un tricycle à moteur (catégorie L5e) de plus de 125 cm3 et d’une puissance supérieure à 11 kW.

Les épreuves du permis

L’examen des permis A1 (125 cm3 et 11 kW maximum), A2 (35 kW) et A (toutes cylindrées sans limite de puissance) comprend une partie épreuve théorique générale (code de la route, valable pendant 3 ans, prolongé à 5 lorsque l’on passe un permis) et une partie pratique avec des épreuves hors circulation (15 min) puis en circulation (30min). Il faut bien sûr valider la première pour accéder à la seconde.

L’épreuve hors route comprend différents parcours sur plateau visant à vérifier la capacité de l’élève à manipuler et contrôler son véhicule, à pied avec et sans moteur, en marche avant ou arrière, sur la moto à allure lente ou rapide, avec et sans passager, lors du freinage. La chute est bien évidemment éliminatoire. Des questions théoriques et techniques sont également posées, concernant la moto et son fonctionnement, l’éclairage, les pneumatiques, le freinage, les commandes, mais aussi sur la conduite à tenir en présence d’un accident, la consommation d’alcool et de stupéfiants, la fatigue et la conduite de nuit, etc.

Deux jours après la réussite de l’épreuve hors circulation, vous accédez à l’épreuve sur route d’une durée de 25 min, dont 5 minutes de conduite autonome où vous devez suivre un itinéraire en vous servant des panneaux indicateurs. L’inspecteur analyse votre comportement sur la moto et vis à vis des autres usages, envers lesquels il vaut donc mieux être très prévenants (piétons, cyclistes, enfants à proximité de la route…

Il faut obtenir au minimum 17 des 27 points possibles et éviter de commettre une erreur éliminatoire comme rouler trop vite dans une zone réglementée, brûler un stop, un feu rouge ou orange. Montrez que vous êtes conscients des dangers potentiels comme les priorités à droite, les angles morts, les éléments qui vous masquent la vue (camions, bus, etc.). Et surtout, soyez sympa avec l’inspecteur, qui dispose à présent de plus de latitude pour influer sur la note finale, même si vous avez commis quelques petites erreurs.

A noter qu’il faut se présenter aux examens du permis de conduire avec un équipement du pilote homologué, casque de moins de 5 ans en bon état général, des chaussures et des gants certifiés CE ainsi qu’un blouson ou une veste doté d’une dorsale homologuée sont à privilégier pour la sécurité.